L’appareil digestif, notre « deuxième cerveau » ?

Digestion fonctionnement
L’appareil digestif est un tube reliant la bouche à l’anus. Il comprend la bouche, l’œsophage, l’estomac, l’intestin grêle et le côlon. Il est associé au foie, à la vésicule et au pancréas qui, sans participer directement à la digestion, produisent des fluides favorisant la décomposition des aliments en éléments assimilables par l’organisme. 

Le processus de la digestion 

La digestion est un processus mécanique et chimique, qui favorise la décomposition des aliments en éléments pouvant être absorbés par l’intestin grêle. Les aliments ou nutriments qui passent dans l’intestin grêle sans avoir été digérés sont expulsés du corps sous forme de matière fécale.

Etape 1 : La digestion commence dans la bouche

La mastication fragmente les aliments en petites particules. La salive contient une enzyme, l’amylase, qui scinde les glucides en molécules plus petites. Quand on avale, l’épiglotte couvre la trachée, empêchant les aliments d’être dirigés vers les poumons et les orientant dans l’œsophage en direction de l’estomac. Un muscle, le cardia ou sphincter inférieur de l’œsophage, se referme alors pour éviter que les substances acides de l’estomac ne remontent le long de l’œsophage.

Etape 2 :  Le rôle de l’estomac dans la digestion

Dans l’estomac, les sucs gastriques, dont l’acide chlorhydrique, digèrent la nourriture, notamment les protéines, et rendent solubles les minéraux comme le calcium, permettant qu’ils soient absorbés par l’intestin grêle. L’acide chlorhydrique maintient un milieu acide dans l’estomac, ce qui permet à cet organe de remplir ses fonctions. Les enzymes, la pepsine et la gastrine contribuent à accélérer le processus de digestion dans l’estomac, et favorisent le mélange de suc gastrique et d’aliments digérés, appelé chyme. Ce mélange quitte l’estomac deux à quatre heures après la consommation des aliments. Exactement comme le cardia, le sphincter pylorique ou pylore empêche le chyme de refluer de l’intestin grêle vers l’estomac.

Etape 3 :  Comment les nutriments sont absorbés 

L’intestin grêle absorbe les nutriments, l’eau et les électrolytes et aide à la régulation de ces éléments dans le corps. Les nutriments sont absorbés depuis la cavité de la partie supérieure du grêle ;  ils traversent la paroi des capillaires sanguins et sont acheminés vers d’autres parties du corps à des fins d’utilisation ou de stockage. Les déchets produits sont éliminés sous forme de matière fécale.


 

Les nerfs et les hormones au service de la digestion

Trois hormones jouent un rôle dans le processus de digestion :

1 . La gastrine : Elle avertit l’estomac de produire un acide favorisant la dissolution et la digestion des aliments.

2 . La sécrétine : Elle indique au pancréas de libérer un suc riche en bicarbonate, stimulant la sécrétion par l’estomac de pepsine, une enzyme qui digère les protéines et favorise la production de bile par le foie.

3 . La cholécystokinine (CCK) : Elle incite le pancréas à grossir et à produire les enzymes des sucs pancréatiques. Elle indique aussi à la vésicule de se vider.

La digestion est contrôlée par deux types de nerfs, les nerfs extrinsèques et intrinsèques.

Les nerfs extrinsèques : Ils sont situés à l’extérieur des organes digestifs, ils produisent de l’acétylcholine et de l’adrénaline. L’acétylcholine favorise la contraction des muscles des organes digestifs, qui poussent les aliments, solides et liquides, le long du tube digestif. L’adrénaline détend les muscles des organes digestifs.

Les nerfs intrinsèques : Ils sont situés dans les parois intérieures de l’œsophage, de l’estomac, de l’intestin grêle et du côlon. Ils travaillent quand les parois des organes se distendent en présence de nourriture. Ils produisent des substances qui accélèrent ou ralentissent le flux des aliments.

La digestion ne se contrôle pas

Rien n’est automatique ! Les nerfs et les hormones ajustent en permanence les mouvements du conduit gastro-intestinal selon la présence ou l’absence de nourriture. Le nerf vagal peut être activé à la vue d’aliments, par leur odeur ou la simple pensée de manger, et c’est le nerf vagal qui, à son tour, stimule l’appareil digestif. Il est impossible de contrôler la vitesse de digestion des aliments. Tout problème hormonal ou mécanique qui influe sur la digestion ou la ralentit affecte l’absorption des nutriments par l’organisme.

On ne peut pas éviter les gaz lors de la digestion

Nous souffrons tous de gaz, aussi appelés flatulences. En cause, la digestion dans les cas suivants :

  Les acides de l’estomac sont neutralisés par les sécrétions du pancréas, créant du gaz ou du dioxyde de carbone
  Les fibres des aliments peuvent générer des gaz excessifs
  Certains éléments, non décomposés dans l’intestin grêle, obligent les bactéries de l’intestin à travailler plus, d’où des flatulences
•  Les bactéries intestinales favorisent la digestion en fermentant des composés alimentaires, ce qui génère la production de gaz
  L’intolérance au lactose, soit l’incapacité de l’organisme à le digérer, crée un excès de gaz dans l’intestin, les bactéries tentant de décomposer le lactose.


© MMIX International Masters Publishers AB
C’est Bon pour Vous ! IMP Sarl – ISBN : 978-2-84507-264-0
FR P H400 20041

 

En poursuivant votre navigation sur notre site et/ou en ouvrant nos communications directes, vous acceptez l’utilisation de cookies, y compris de partenaires tiers, pour réaliser des statistiques de visites,  pour partager les contenus sur les réseaux sociaux et pour effectuer des études afin d'optimiser le contenu de notre site.  En savoir plus et paramétrer les cookies.