L’Achillée millefeuille, hépatique et cicatrisante

Très commune, l’achillée millefeuille pousse sur les talus, les prairies et les bords de chemins dans des sols ensoleillés, bien drainés et plutôt riches en azote. De la même famille que la camomille, elle bénéficie de certaines propriétés de sa cousine (contre les névralgies, les céphalées…). Mais elle a aussi d’autres cordes à son arc :

 Appétit : contre le manque d’appétit, la mauvaise digestion et les maux d’estomacs, buvez une tasse d’infusion ¼ d’heure avant les repas… et mettez de l’achillée dans la salade !

 Bouffées de chaleur et ménopause : 3 à 4 tasses d’infusion par jour.

 Cicatrisation : compresse avec une infusion concentrée.

 Crampes pelviennes chez les femmes : infusion 3 fois par jour. Bain de siège : 100 g de plante séchée pour 10 litres d’eau chaude.

 Crevasse du mamelon : suc de la plante fraîche.

 Entorses et foulures : compresse avec une infusion concentrée.

 Fièvre : 3 à 4 tasses d’infusion par jour.

 Hémorroïdes : 3 à 4 tasses d’infusion par jour. Appliquez une compresse d'infusion concentrée ou d’huile essentielle.

 Rage de dents : mâchez des feuilles ou appliquez de l’huile essentielle sur la dent.

 Rhumatismes et douleurs : friction avec l’huile antidouleur ou un mélange d’huile d’olive et d’huile essentielle.

 Rhume et grippe : dès les premiers signes, buvez 1 tasse d’infusion toutes les heures (4 au maximum dans une journée).

 Varices : en interne (infusion) et en externe (massages et cataplasmes).

 Zona : appliquez de l’huile essentielle, massez en suivant le trajet du zona.
 
Précautions
Toute substance, surtout si elle est efficace, peut avoir des effets indésirables, notamment si les doses ne sont pas respectées.

L’huile essentielle ou de grandes quantités de plante fraîche sont contre-indiquées pour les femmes enceintes, l’achillée millefeuille ayant des propriétés contraceptives et même abortives. Les femmes qui allaitent doivent aussi l’éviter.

Si vous prenez des médicaments pour la tension ou des anticoagulants, évitez de prendre de l’achillée millefeuille sans avis de votre médecin.

En externe, quelques rares réactions cutanées chez les personnes sensibles aux astéracées (marguerites, asters, camomille, etc.).

Il est préférable de ne pas consommer l’achillée millefeuille en même temps que la sauge, le thuya, la tanaisie et l’absinthe. En effet, ces plantes contiennent du thujone en faible quantité, substance qui, en très forte quantité, peut se révéler toxique.

Il est aussi préférable de ne pas en consommer si vous comptez vous dorer au soleil (photosensibilisation, possibilité de taches brunes). 


Quand ? Comment ? Où ? Combien ?

On trouve l’achillée millefeuille dans les herboristeries, magasins de produits naturels et certaines pharmacies sous plusieurs formes, on peut aussi faire soi-même ses remèdes.
 
Plante fraîche 
  Quelques feuilles dans la salade ou bien sous forme de jus (dilué dans de l’eau), pour le plaisir et surtout les problèmes hépatiques. La plante se consomme crue ou cuite, en quantité modérée, plutôt comme un condiment ou bien avec des épinards, brocolis, oeufs…
 
 
 
Infusions de fleurs et/ou de feuilles sèches
  Pour usage interne et externe. 30 grammes par litre d’eau à ébullition. Laissez infuser 5 minutes. En usage externe, 40 à 50 grammes/litre d’eau pendant 5 à 10 minutes.
 
 
 
Teinture ou extrait liquide
  En interne, 30 gouttes dans un verre d’eau, 3 fois par jour. En externe : compresse sur la plaie douloureuse.
 
 
 
Huile essentielle
  À éviter en interne.
 

Cicatrisante, anti-inflammatoire et hémostatique, l’achillée millefeuille peut être appliquée sur des blessures ouvertes (à condition qu’elles ne soient pas trop profondes) ou fermées. Les feuilles ou bien des compresses imbibées d’infusion ou de teinture-mère sont étalées en cataplasme sur la plaie. On trouve, d’ailleurs, dans le commerce, des pommades ou des lotions contenant de l’achillée millefeuille. Mais c’est surtout pour lutter contre les vieilles douleurs et les varices que vous vous ferez des massages ou des frictions à base d’achillée millefeuille.

En association avec d’autres plantes

L’action de l’achillée millefeuille est souvent renforcée par d’autres plantes qui, par ailleurs, atténuent un peu son amertume. En infusion, il suffit de mélanger les plantes sèches moitié-moitié. En teinture-mère, il est possible d’alterner les prises dans la journée (30 gouttes de chaque dans un verre d’eau).

 Circulation : vigne rouge, hamamélis ou citron
 Fièvre : saule, sureau
 Grippe, rhume : eucalyptus.
 Hémorroïdes : marron d’Inde
 Névralgies et maux de tête : lavande, camomille
 
Pour en savoir plus sur l’Achillée millefeuille (Achillea millefolium)

Un peu de botanique
De la famille des Astéracées, l’Achillea millefolium est une plante vivace d’environ 60 cm qui peut atteindre 80 cm. Ses fleurs sont des corymbes de capitules, c’est-à-dire des petites fleurs blanches, crèmes ou roses qui se regroupent en haut d’une tige assez épaisse sans ramification. Ses feuilles sont finement découpées d’où son nom de « millefeuille ».

Appelée aussi saigne-nez, herbe au soldat, herbe aux charpentiers, herbe à la coupure en raison de ses propriétés cicatrisantes et hémostatiques, elle pousse à l’état sauvage dans toutes les régions tempérées. Elle se multiplie par les stolons ou par graines. Elle fleurit de juin à septembre. On en récolte les parties aériennes et les fleurs durant toute la période de floraison.

Dans la même famille, mais préférant les prairies humides, les plaisantins savent reconnaître une autre achillée, l’achillée sternutatoire (ou Achillea ptarmica), dont on fait la poudre à éternuer.


Composition et propriétés
Dans la plante, les scientifiques ont isolé 82 constituants : tanins, huile essentielle, furocoumarine, monoterpénones, monoterpènes, flavonoïdes, etc. La plante tout entière a une action anti-inflammatoire, emménagogue (qui favorise le cycle menstruel), cholérétique (elle stimule la sécrétion de bile) et de régulateur sanguin. Les feuilles, quant à elles, sont plutôt hémostatiques et cicatrisantes alors que les fleurs ont des propriétés davantage toniques, stimulantes et antispasmodiques.

En Allemagne, il existe une reconnaissance officielle de l’achillée millefeuille pour traiter les pertes d’appétit, les maux d’estomac et les crampes pelviennes chez les femmes. Plusieurs recherches récentes ont confirmé que l’achillée millefeuille pouvait être efficace contre les troubles hépatiques et le dérèglement des sécrétions gastriques. Selon des chercheurs japonais, cette plante pourrait même avoir des propriétés antitumorales (recherches concluantes mais menées uniquement sur des souris).


Histoires et légendes
Les vertus hémostatiques et cicatrisantes des « millefeuilles » sont connues depuis l’Antiquité. Achille, selon la légende, l’aurait utilisé pour soigner ses guerriers blessés sur les conseils de Chiron le Centaure, patron des guérisseurs. Partout où il pousse, l’achillée millefeuille a la réputation d’éloigner les mauvais esprits, de chasser la timidité ou la tristesse : il suffit d’en porter un petit bouquet dans ses vêtements.

Au xiie siècle, Hildegarde, la première phytothérapeute moderne, conseillait l’achillée millefeuille pour les saignements de nez, les plaies vives, les troubles de la menstruation et même l’épilepsie. Tous les médecins l’ont grandement utilisée jusqu’à l’arrivée des médicaments chimiques.

En Chine, l’achillée millefeuille n’est pas seulement une plante médicinale, c’est aussi un outil divinatoire : en bougeant de façon très ordonnée et très répétitive les tiges, l’oracle accède à une concentration idéale, à un vide intérieur qui lui permet de mieux cerner la question.

Dans les campagnes européennes, le millefeuille faisait partie des 32 herbes des sorciers dans les cérémonies magiques ou d’exorcisme.

En Sardaigne, un pied de millefeuille suspendu la tête en bas sur le lit conjugal assurait bonheur et fidélité aux époux. Son indication contre la calvitie a aussi fait l’objet de fortes croyances.

© 2015 Leduc.s Éditions - Les plantes qui guérissent, Sophie Lacoste

En poursuivant votre navigation sur notre site et/ou en ouvrant nos communications directes, vous acceptez l’utilisation de cookies, y compris de partenaires tiers, pour réaliser des statistiques de visites,  pour partager les contenus sur les réseaux sociaux et pour effectuer des études afin d'optimiser le contenu de notre site.  En savoir plus et paramétrer les cookies.