Comment éviter les montagnes russes avec sa glycémie

Comment réguler sa glycémie

Qu’est-ce que la glycémie ?

La glycémie représente le taux de sucre dans le sang. Le glucose issu des aliments que nous ingérons est absorbé par les intestins, puis diffusé dans le sang et transporté jusqu’aux cellules, notamment celles des muscles, où il est transformé en énergie. 

La glycémie est plus élevée après les repas. Chez une personne en bonne santé, la glycémie est régulée par deux hormones sécrétées au niveau du pancréas. Quand celle-ci est élevée, l’organisme produit de l’insuline. Dans le cas contraire, il sécrète du glucagon.

Que se passe-t-il en cas de déséquilibre de la glycémie ?

Une glycémie trop élevée ou hyperglycémie est souvent révélatrice d’un diabète ou d’un prédiabète. Elle se traduit par une sensation de soif et de fatigue, ainsi que de fréquentes envies d’uriner. 

À l’inverse, on parle d’hypoglycémie. Celle-ci peut occasionner des tremblements, des palpitations, une sensation de faim, des convulsions, voire un état comateux. Cela se produit 
de manière atténuée après un repas copieux riche en sucres rapides, le corps réagissant à cet excès inhabituel en sécrétant trop d’insuline, ou encore en cas de jeûne, de malnutrition, d’alcoolisme ou de maladie. 

Si vous souffrez de ces symptômes, parlez-en à votre médecin.

L’hyperglycémie est globalement en hausse 

Les Occidentaux souffrent de plus en plus d’hyperglycémie car ils consomment trop d’aliments caloriques et présentent, pour un nombre croissant d’entre eux, une surcharge pondérale due à leur sédentarité. On note une recrudescence des cas de diabète et de prédiabète, notamment chez les enfants.

Le traitement consiste essentiellement à modifier son mode de vie, tout en prenant si nécessaire des hypoglycémiants, voire de l’insuline. Toutefois, certaines personnes peuvent présenter une glycémie assez élevée sans pour autant souffrir de ces pathologies ; leur cas est néanmoins à surveiller.

Quels sont les risques d’une hyperglycémie ?

Une hyperglycémie peut à long terme endommager les vaisseaux sanguins, notamment au niveau du cœur, des reins, du cerveau et des yeux, provoquant des maladies cardio-vasculaires ou rénales, des arrêts cardiaques ou la cécité. Une glycémie maîtrisée réduit ces risques et prévient l’apparition du diabète.

Comment mieux contrôler sa glycémie

Sans aller jusqu’au diabète, qui est une pathologie lourde, vous pouvez souffrir de troubles dus à une glycémie fluctuante. Le respect de certaines règles simples permet de la réguler facilement.

Si, au réveil, vous êtes irrité, fatigué ou incapable de vous concentrer, c’est peut-être que vous souffrez d’un trouble de la glycémie. 

Consommer au petit déjeuner des aliments à IG faible comme des flocons d’avoine ou le pain complet peut vous aider à vous sentir mieux. Si vous souffrez de migraines engendrées par une glycémie fluctuante, faites plusieurs petits repas bien répartis dans la journée, en privilégiant les aliments à IG faible. Lors de vos en-cas, optez pour les fruits, les yaourts et le pain complet.

Les régimes hyperprotéinés, souvent conseillés à ceux qui veulent perdre du poids, pourraient favoriser l’irritabilité. Cela est peut-être dû au manque de féculents, qui entraîne une chute du taux de sucre dans le sang. Pour pallier cet inconvénient, augmentez votre consommation de féculents à IG faible, comme les pâtes al dente.

 5 conseils pour une glycémie optimale 

Si votre glycémie vous pose un problème particulier, que vous souffrez d’intolérance au glucose ou de diabète, ces quelques conseils vous seront utiles.
Évitez le surpoids. Si c’est votre cas, entamez un régime et pratiquez une activité physique régulière pour perdre du poids dans de bonnes conditions.
Privilégiez les aliments à IG faible, qui évitent les pics de glycémie, comme le riz basmati ou brun, les pâtes complètes.
Diminuez ou supprimez votre consommation d’en-cas comme les gâteaux, les biscuits et 
les boissons sucrées.
Ayez une vie moins sédentaire. Faites régulièrement de l’exercice et changez peu à peu vos habitudes de transport : préférez la marche ou le vélo aux trajets en voiture, les escaliers aux escalators ou à l’ascenseur.
Consommez beaucoup de légumes, en limitant ceux à IG élevé, comme les pommes 
de terre et les patates douces orangées.

Les boissons et les aliments qui affectent la glycémie 

Les aliments affectent notre glycémie de manière variable. Ceux qui entraînent rapidement une forte hausse du taux de sucre dans le sang sont dits à index glycémique élevé ; ils incluent, entre autres, les sucreries, le pain blanc, les riz blancs et raffinés, les céréales raffinées et les pommes de terre. Ceux qui induisent une élévation plus progressive du taux de sucre dans le sang sont dits à IG faible : le muesli, les flocons d’avoine, le pain complet, les haricots secs, les pois, les lentilles, ainsi que la plupart des fruits et les laitages. La poire par exemple est un fruit à index glycémique faible.

Glycémie : les alternatives santé
 

© MMVIII International Masters Publishers AB
C’est Bon pour Vous ! IMP Sarl – ISBN : 978-2-84507-264-0
FR P H400 20013

 

En poursuivant votre navigation sur notre site et/ou en ouvrant nos communications directes, vous acceptez l’utilisation de cookies, y compris de partenaires tiers, pour réaliser des statistiques de visites,  pour partager les contenus sur les réseaux sociaux et pour effectuer des études afin d'optimiser le contenu de notre site.  En savoir plus et paramétrer les cookies.