Bien vivre avec le syndrome de fatigue chronique

Traiter le syndrome de fatigue chronique
Identifié en 1985,  le syndrome de fatigue chronique ou SFC, aussi appelé encéphalite myalgique. Le patient qui en est atteint s’épuise au moindre effort et souffre de symptômes associés. Sa cause demeure inconnue.

Cette maladie peut frapper à tout âge, mais elle atteint surtout les personnes entre 20 et 40 ans, et les femmes plus couramment que les hommes. 

Quels sont les signes et symptômes du syndrome de la fatigue chronique ?

Les signes les plus visibles du syndrome de fatigue chronique sont une faiblesse et un épuisement persistants, surtout après l’effort. Des perturbations du sommeil, des saccades et des fourmillements musculaires, des problèmes cognitifs, une prise ou perte de poids, des maux de gorge ou des symptômes grippaux peuvent s’y ajouter.

Le SFC peut faire suite à une infection virale, à un traumatisme ou à l’exposition à une toxine.

Les symptômes de la fatigue chronique :
  Épuisement surtout après l’effort.
•  Perturbations du sommeil.
  Douleurs musculaires, saccades et fourmillement.
•  Difficultés à réfléchir et à se concentrer.
  Prise ou perte de poids.
  Maux de gorge ou symptômes grippaux.

Comment se diagnostique le SFC ?

Il n’existe pas de test de dépistage du syndrome de fatigue chronique. Le diagnostic est posé lorsque les symptômes durent plus de 6 mois et qu’aucune autre explication n’est trouvée. C’est un diagnostic par élimination.

Comment se traite le syndrome de la fatigue chronique ?

Il n’existe pas de traitement à proprement parler. Pour contrôler cette affection, les patients doivent se soumettre à un programme d’activité précis et encadré. On a constaté une nette amélioration par rapport à ceux qui ne font rien. 

Une médication peut parfois s’avérer utile, en même temps que la prise d’antidépresseurs, antalgiques et sédatifs pour dormir. Une aide psychologique telle que la thérapie cognitive comportementale peut aussi être efficace, car elle aide le patient à accepter sa maladie.

L’évolution du syndrome de fatigue chronique est difficile à prédire. Certaines personnes se rétablissent complètement en 6 à 12 mois, d’autres mettent plus de temps. Certaines ne retrouvent jamais leur niveau d’activité antérieur, même si leur état s’améliore peu à peu avec le temps.

Mener une vie normale avec le syndrome de fatigue chronique 

Le SFC rend parfois les patients trop faibles pour travailler, étudier ou avoir une vie sociale. Ils souffrent également du regard des autres, qui ne comprennent le plus souvent pas leur état, ce qui ne fait qu’accroître le risque de dépression. Il est donc important qu’amis, famille et personnel soignant les soutiennent.

Comment prévenir le syndrome de la fatigue chronique ?

Suivez ces 5 conseils pour éviter les symptômes du SFC :
  Dormez suffisamment.
•  Évitez l’excès de caféine et d’autres stimulants.
•  Ne buvez de l’alcool qu’avec modération.
  Pratiquez une activité physique régulière, au moins 30 minutes trois fois par semaine.
  Restez actif.

Changez votre hygiène de vie pour mieux contrôler le SFC

Une personne en bonne santé présente moins de risque de développer le syndrome de fatigue chronique. Une fois le diagnostic posé, il importe de rester actif et d’entretenir sa forme.
Une activité physique régulière s’avère essentielle, même si l’épuisement qui se fait sentir après l’effort rend cela difficile. 

L’alimentation pour lutter contre le syndrome de fatigue chronique

  Prenez des repas légers et des en-cas bien répartis sur la journée pour conserver une glycémie stable. Une alimentation saine et équilibrée doit comprendre beaucoup de fruits, légumes frais et céréales complètes.
  Choisissez des glucides à index glycémique faible, pain complet, avoine, légumes secs, pâtes et maïs, pour une énergie constante.
  Préférez les aliments riches en micro-nutriments : fruits, légumes frais, céréales complètes, légumes secs, fruits secs, graines, laitages allégés, viande maigre, volaille, poisson.
  Évitez la caféine, l’alcool et les drogues à effet dépresseur ou stimulant.
  Buvez régulièrement car la déshydratation réduit l’énergie.
  Le syndrome de fatigue chronique s’accompagne parfois d’une intolérance alimentaire.

Dans ce cas, consultez une liste des diététiciens spécialisés sur www.adl-asso.com.

Fatigue chronique : les aliments à privilégier 

•  Les fruits, les légumes, la salade.
•  Le pain et les céréales complets.
  Les légumes secs : lentilles, pois chiches, haricots secs.
  La viande maigre, la volaille, les fruits de mer.
  Les laitages allégés et les produits à base de soja.
  Les boissons : eau, thé, tisane, jus de fruits et de légumes.

Fatigue chronique : les aliments à éviter

  La viande grasse, la charcuterie.
•  Les en-cas très gras : biscuits, gâteaux, pâtisseries, chips.
  Les plats frits ou à emporter.
  Les céréales raffinées, le pain blanc.
  Les aliments très sucrés : sodas, apéritifs, bonbons.
  L’alcool.


© MMIX International Masters Publishers AB.
C’est Bon pour Vous ! IMP Sarl – ISBN : 978-2-84507-264-0
FR P H400 20060
Patricia, 53 ans
Témoignage Patricia, 53 ans

Patricia, employée de banque, fut atteinte d'une mononucléose. Elle se rétablit bien mais, quelques semaines plus tard, elle se sentit fatiguée, surtout en fin de journée.
Courir ou monter des escaliers l'épuisait. Les symptômes s'aggravèrent et des troubles du sommeil apparurent. Elle perdit du poids et ses articulations la firent souffrir.
Alors que les examens ne révélèrent rien d'anormal, un spécialiste posa le diagnostic de SFC. Elle suivit un programme thérapeutique de soutien et récupéra peu à peu. Un an plus tard, elle put reprendre le travail. Aujourd'hui, elle fait de l'exercice tous les jours, se couche tôt, se nourrit de façon équilibrée (beaucoup de céréales, fruits et légumes) et boit peu d'alcool.

En poursuivant votre navigation sur notre site et/ou en ouvrant nos communications directes, vous acceptez l’utilisation de cookies, y compris de partenaires tiers, pour réaliser des statistiques de visites,  pour partager les contenus sur les réseaux sociaux et pour effectuer des études afin d'optimiser le contenu de notre site.  En savoir plus et paramétrer les cookies.