Comment bien gérer les sautes d’humeur ?

Gérer les sautes d'humeur
Les sautes d’humeur sont normales et fréquentes chez les adolescents et les femmes réglées, pour des raisons hormonales. Quand elles deviennent excessives, on parle de psychose maniacodépressive ou de troubles bipolaires : cela touche 3 % des Français, le plus souvent entre 20 et 30 ans. Si la cause est inconnue, il semble exister une prédisposition familiale, et l'on constate souvent un déséquilibre des neuromédiateurs cérébraux.

Les signes et symptômes des sautes d’humeur

  Phase d’euphorie ou accès maniaque : regain d’énergie et de dynamisme, irritabilité et hyperactivité, augmentation de l’appétit sexuel, multiples projets, volubilité, idées grandioses et illusoires.
  Phase d’abattement ou accès dépressif : mauvaise humeur, perte de l’appétit, de l’envie sexuelle et d’intérêt pour les diverses activités du quotidien, problèmes de sommeil, pensées et actions ralenties.

Quels sont les symptômes des troubles bipolaires ?

Les sujets atteints alternent :
-  des phases maniaques où ils sont euphoriques et insouciants, avec un comportement irrationnel voire risqué,
-  des phases dépressives où ils sont désespérés et éprouvent des difficultés à prendre des décisions ou à se concentrer. L’intensité de ces troubles est plus ou moins intense.

Quelles sont les conséquences des sautes d’humeur sévères ou troubles bipolaires ?

Les sautes d’humeur sévères dues aux troubles bipolaires ont un tel impact sur le comportement que le quotidien peut devenir difficile pour les personnes atteintes : problèmes conjugaux ou familiaux, dépendance à l’alcool ou à d’autres drogues, voire difficultés professionnelles ou financières.

Comment traiter les sautes d’humeur sévères dues aux troubles bipolaires ?

Des traitements permettent aider à réduire les sautes d’humeur sévères dues aux troubles bipolaires.  Certains médicaments sont prescrits pour obtenir un équilibre normal des neuromédiateurs dans le cerveau, stabilisant ainsi l’humeur, atténuant les hauts et les bas débilitants. Parmi ces psychorégulateurs figurent le lithium, la carbamazépine, l’olanzapine et le valproate. 
On propose aussi des psychothérapies, recourant à des techniques telles que la thérapie cognitive comportementale. Des groupes d’entraide existent aussi. Compréhension et acceptation de la part des amis, de la famille et de l’entourage sont essentielles.

Que faire pour prévenir les sautes d’humeur ?

Il n’existe pas de moyen de prévenir les troubles bipolaires. Vous pouvez toutefois atténuer les comportements extrêmes.
  Faites de l’exercice physique.
  Conservez une activité régulière.
  Demeurez en contact avec votre famille et vos amis.
  Parlez ouvertement de vos problèmes.
•  Recourez à des techniques de relaxation ou à la psychothérapie.
  Prenez des repas et des en-cas légers et réguliers, riches en glucides à index glycémique faible et bien répartis sur la journée pour réguler votre glycémie.
•  Mangez du poisson et des fruits de mer au moins 2 à 3 fois par semaine ou, à défaut, d’autres sources d’oméga-3 : graines ou huile de lin, produits à base de soja et noix.
•  Composez vos repas autour de légumes, salade, céréales complètes et protéines de bonne qualité.
  En en-cas, prenez un fruit frais, des fruits séchés ou secs, des graines, un yaourt ou du pain complet.
  Remplacez le café par une tisane relaxante de type camomille ou valériane.
  Évitez l’alcool ou buvez avec modération : pas plus de 1 à 2 verres.


Maîtriser les sautes d’humeur par l’alimentation et l’hygiène de vie

Les troubles bipolaires peuvent s’accompagner de modifications de l’appétit. Or il est important de conserver un régime équilibré, riche en céréales complètes, fruits et légumes variés, et de limiter les aliments gras et cuisinés. 

Les personnes atteintes de sautes d’humeur sévères tirent parfois bénéfice de techniques de respiration et de relaxation musculaire pour apaiser leur stress et réguler leur état. Bien dormir se révèle également indispensable. L’exercice est un bon moyen d’atténuer l’angoisse et de combattre la dépression. 

S’adonner à des activités agréables comme le sport, la méditation, la lecture, le jardinage ou la musique aide souvent à redynamiser le sujet lors des phases dépressives. Il est important de conserver un réseau social, de résoudre les conflits, quitte à demander l’aide d’un ami, d’un médecin ou d’un conseiller si nécessaire. Les patients en phase maniaque doivent éviter de prendre des décisions importantes tant qu’ils ne vont pas mieux.

Les aliments à privilégier et à éviter contre les troubles de l’humeur

Privilégiez :
  Le poisson et les fruits de mer, sources d’oméga-3.
  Les aliments riches en tryptophane : dinde, poulet, poisson, viande maigre, lait et œufs.
  Les fruits et les légumes : au moins 3 portions de légumes et 2 à 3 portions de fruits par jour.
•  Les céréales : pain complet, avoine, riz brun.
•  Les fruits secs oléagineux et les graines, riches en minéraux et acides gras essentiels.
Evitez :
  La caféine, présente dans le café, le thé, le chocolat et le cola.
  L’alcool : ne dépassez pas 1 à 2 verres, le cas échéant.
  Les céréales raffinées : pain blanc, certaines céréales de petit déjeuner, biscuits et gâteaux.
  Les aliments riches en sucres ajoutés : bonbons ou sodas.


© MMIX International Masters Publishers AB
C’est Bon pour Vous ! IMP Sarl – ISBN : 978-2-84507-264-0
FR P H400 20027
Virginie, 27 ans
Témoignage Virginie, 27 ans

Virginie avait 27 ans quand, peu après la naissance de son deuxième enfant, elle remarqua que ses émotions fluctuaient énormément, ce qui affectait ses relations avec son mari. À des phases de désespoir sans raison apparente succédaient de grands élans de créativité et d'énergie. Son médecin généraliste l'adressa à un psychiatre. Celui-ci diagnostiqua un trouble bipolaire et lui prescrivit des psychorégulateurs et des antidépresseurs. Virginie a toujours des sautes d'humeur, mais celles-ci n'entravent plus son quotidien ni ses relations à autrui.Ce diagnostic l'a rassurée, et elle prend maintenant ses brusques changements d'humeur avec philosophie.